Qu’est-ce qu’on fait quand on ne joue pas avec des jouets

Voici quelques exemples concrets de ce que les enfants ont expérimenté au cours des journées sans jouets.

Un matin, lors des jeux extérieurs, j’ai donné aux enfants deux grosses boules de neige durcies que je suis allée chercher près d’un stationnement. Ils m’ont demandé « qu’est-ce qu’on va faire avec ça? »

Je me suis retenue de leur dicter mes idées. Je leur ai dit « je ne sais , je me demandais si vous alliez trouver quelque chose à faire avec ça! »

Ils ont soulevé, tiré, poussé , grimpé, gratté, coloré, négocié, partagé, possédé, caché etc….

Je trouve fascinant de voir que même sans les influencer, les enfants trouvent le moyens de vivre les expériences clés et d’emmagasiner de nouvelles informations sur leur environnement. Je suis très heureuse aussi de constater qu’ils utilisent ces connaissances à d’autres moments pour créer une part d’un nouveau jeu.

Une autre journée , pour notre période de méditation, j’ai utilisé le CD de Éline Snel, calme et attentif comme une grenouille.

On a fait l’exercice du spaghetti.

Comme ça faisait longtemps qu’on avait utilisé un support audio pour les méditations et relaxation, j’ai dû guider les enfants en répétant les consignes entendues et en leur montrant quoi faire. Habituellement, après quelques expériences, les enfants portent plus attention à la voix qu’ils entendent. Je sais maintenant qu’il faut persévérer un peu pour qu’ils développent cette capacité et qu’il faut continuer à l’utiliser pour la maintenir.

Voici comment une simple collation devient une activité très stimulante:

Les mandarines. Les enfants les pèlent eux-même et séparent les quartiers. Certains jouent avec les pelures et les quartiers tout en les mangeant, donnant à leur nourriture les rôles de bateau, avion, bol, araignée etc. ils comptent leurs quartiers, en font des dessins et des figurines, déchirent les pelures en très petits morceaux, remarquent que c’est froid, texturé, coulant, collant, orange, que ça fait du bruit quand on ouvre la bouche en les mangeant, que ça sent bon! Et pour finir, on jette les pelures au compost et on nettoie le visage et les mains avec la débarbouillette.

On peut dire que cette activité a le pouvoir de stimuler leur motricité fine, leur créativité, la numératie ,le langage, les sens du goût, toucher, vue et odorat, la politesse, l’autonomie, la découverte, le pouvoir de transformer les choses, les notions de petit/gros, dedans/dehors, gauche/droite, les parties du corps, le cycle des déchets.

Avec les bananes, on a dessiné sur les pelures avec des baguettes chinoises, les enfants les ont aussi déchirées, senties, goûtées, glissées etc..

Avec les kiwis, habituellement, ils se pratiquent à les couper avec une fourchette et un couteau, mais ils était trop durs cette semaine alors je les ai coupés de 4 façons différentes pour qu’ils jouent avec les formes et les couleurs créés.

Ils se sont fait des sandwichs, ils ont dû étendre de la mayonnaise, prendre des tranches de végé-jambon en faisant des pinces avec leurs doigts, prendre des tranches de tomates avec une fourchette, choisir s’il veulent mettre de la laitue et fermer le sandwich. Ensuite prendre de la salade de patates avec une grosse cuillère.

Quand ils se servent de l’eau, ils doivent dévisser et revisser le bouchon de la bouteille, verser la quantité d’eau qu’ils pensent boire, en laisser pour les autres, attendre leur tour et laisser tout le monde en prendre avant de pouvoir en reprendre.

Ils sont fiers de leurs accomplissements!! Ils boivent et mangent beaucoup plus, il n’y a pas caprices, ni de gaspillage!!

Je vous ferai un article complet sur les fameuses boîtes de carton, parce qu’il y a tellement à dire sur ce qui se passe quand on donne une boîte à des enfants!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close