Première étape de l’alimentation en pleine conscience, la suite

J’espère que vous avez réussi à intégrer un petit temps d’arrêt avant d’engloutir votre goûter!

Si vous avez pris l’habitude de commencer par regarder votre nourriture sans la juger, vous pouvez passer à la suite.

Il s’agit de la sentir.

L’utilisation de l’odorat a une grande place dans la cuisine. De la préparation à la dégustation, en passant par la cuisson, nous utilisons notre nez pour vérifier, humer, apprécier et même pour prendre un peu d’avance sur les papilles.

Il n’y a pas que les repas chauds qui nous offrent d’excellentes effluves, il y a les fruits que l’on épluche et que l’on coupe qui nous envoient soudainement leurs parfums, les pains, gâteaux et biscuits ont des odeurs de levure et des arômes sucrées qui nous remplissent l’estomac, certains breuvages embaument l’air alors que même nos matins pressés nous offrent parfois des odeurs de pain grillé, d’épices, de chocolat, etc.

Là, encore, pour rester dans le moment présent, vous éviterez de penser à vos souvenirs et à la planification de votre souper😉.

Laissez vous remplir par les odeurs, de près comme de loin. Approchez-vous de votre nourriture et prenez une grande respiration profonde et garder la un instant en vous avant d’expirer.

Vous pouvez demander aux enfants de garder le silence une minute pour bien apprécier ce que vous voyez et sentez, puis que vous pourrez en discuter ensemble après.

Je vous laisse un peu de temps afin de vous familiariser avec ce temps d’arrêt, puis je vous inviterai à poursuivre l’expérience, mais cette fois-ci avec le plaisir de la dégustation!

2 réflexions sur « Première étape de l’alimentation en pleine conscience, la suite »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close