Les critères de sélection du matériel

Dans le cadre du Projet Réduire, j’ai parlé de la réduction du matériel et de ma liste de critères de sélection du matériel pour la garderie.

Après l’expérience de la semaine sans jouet, j’ai établi que je donnerais la priorité aux objets qui répondent aux critères suivants:

  1. répond à un besoin
  2. matières naturelles
  3. objets à vocations multiples
  4. objets et outils du quotidien
  5. jouets passifs
  6. éviter: plastique, marques de commerce, jouets actifs, objets à vocation unique ou défini, répond seulement au besoin de l’adulte, usage unique ou jetable

 

  1. Les besoins des enfants en matière de développement doivent être soutenus par leur environnement. Il faut départager ce qui répond à un besoin de ce qui répond à un désir, ainsi qu’être vigilant sur la transposition de nos besoins et désirs d’adulte. Très souvent, les enfants nous guident naturellement vers leurs véritables besoins. Une connaissance du développement des enfants et des expériences clés est une base essentielle. 
  2. Les matières naturelles permettent aux enfant d’apprivoiser leur environnement et de comprendre certaines lois naturelles. Ils font partie d’un environnement sain sans produits toxiques, ce qui est d’autant plus important quand les petits les portent à leur bouche. Plus les enfants sont en contact avec des éléments de la nature, plus développent leur relation avec elle et désireront en prendre soin. Par leurs couleurs, leurs sons, leurs textures, ils offrent beaucoup pour les sens sans les surstimuler et interférer avec leur créativité et les apprentissages qu’ils peuvent en tirer.
  3. Les objets à vocations multiples sont toutes les choses qui n’ont pas de fonction prédéterminée et qui peuvent être utilisées de plusieurs façons. Ils peuvent être utilisés pour leur forme, leur poids, leur grosseur, leur couleur etc. On peut penser à des bouts de tissus, des bâtons, des contenants solides, etc. Ils offrent beaucoup de liberté, de choix et de possibilités, tout ce qu’il faut pour laisser libre court à l’imagination! Plus les enfants s’habituent à les utiliser de différents façons, plus ils deviennent capable de trouver des solutions par eux-même dans une foule de situations.
  4. Les objets du quotidien sont ceux que toute personne apprendra à se servir un jour. Aussi bien commencer à les apprivoiser dès le jeune âge de façon sécuritaire, à les manier avec dextérité, à connaître leur utilité et à en imaginer d’autres! Leurs habiletés se développent et leur fierté aussi. En leur permettant de s’en servir, nous leur témoignons de la confiance et les enfants acceptent de s’accorder de la confiance eux aussi.
  5. Les jouets passifs sont ceux qui rendent les enfants actifs. Quand l’enfant doit actionner, pousser, soulever, faire résonner lui-même un jouet, il intègre plusieurs notions et il peut l’intégrer dans le jeu qui l’intéresse à ce moment. Il est obligé de se mettre en action, en mouvement, en reflexion et en échange avec son environnement. L’enfant devient ainsi l’auteur, l’acteur et le compositeur de son jeu plutôt que le spectateur de son jouet. Ces jouets ont, encore une fois, un impact sur la confiance que l’enfant développe en ses compétences. 
  6. Ce qu’il faut éviter ou à tout le moins réduire sont les jouets et objets en plastique, trop transformés, les jouets actifs qui rendent les enfants passifs et spectateurs, les objets à vocations unique ou définie sans possibilité de s’adapter à la créativité des enfants. Les marques de commerce, elles aussi pré-définissent souvent l’utilisation d’un objet ou d’un jouet plutôt que de l’inspirer. On peut penser aux personnages de film et aux vedettes de télévision qui ont leur caractère, leur histoire, leur aventure et qui sont présentés avec un objet spécifique à la main ou un costume utilitaire qui dictent comment s’en servir et à quoi jouer. Je pense qu’il est bien que les enfants aient des modèles et qu’ils s’identifient à des héros, mais qu’il serait bien aussi qu’ils puissent se les approprier et les adapter à leurs intérêts, leur vie et leurs choix en leur donnant de nouvelles caractéristiques. Bien souvent, les jouets offerts en magasin sont destinés à attirer l’attention de l’adulte acheteur en créant chez lui un sentiment de réconfort ou de compétence, mais ce sont, la plupart du temps, ces même jouets qui sont rapidement délaissés par les enfants après la découverte de cette nouveauté, dont ils font le tour des possibilités en quelques minutes. Il va sans dire que pour inculquer le respect de la nature aux enfants, il est préférable de ne pas leur offrir du matériel qui  se retrouvera à la poubelle après une courte utilisation.

Ainsi, avant de me laisser tenter par des achats ou l’accumulation de matériel, je me réfère à ces critères. Je vérifie également ce qui concorde avec les intérêts des enfants qui fréquentent actuellement mon service de garde.

Les observations sont précieuses et donnent des informations qui peuvent guider mes décisions.

Il y a aussi les critères de valeurs

Dans tous les cas, le critère ultime est toujours le respect. Le matériel doit inciter le groupe à faire des activités qui respectent les gens, le matériel et l’environnement.

Le savoir-être étant l’objectif ultime, tout ce qui permet de s’exprimer, de faire des choix, de devenir autonome, d’avoir du plaisir, d’apprendre à prendre sa place et occuper un rôle dans le groupe a une longueur d’avance sur d’autre matériel.

La collectivité et les soins sont fortement encouragés et ça se traduit dans le choix du matériel également. Qu’il s’agisse de l’objet lui-même ou de la quantité disponible, les enfants sont souvent mis devant la nécessité ou le bonheur de partager, de coopérer ou de porter attention et soins.

Pour aller plus loin

Une fois que le groupe est à l’aise avec le choix et la disponibilité du matériel, je propose aussi aux enfants de créer et produire leur matériel de jeu. Il faut faire attention ici de laisser les enfants guider et vivre les choix et la production. La nuance est fragile entre les influencer et les inspirer. Je garde souvent en tête la façon de Maria Montessori d’enseigner par l’exemple sans faire les choses à la place des enfants, et chaque fois, je suis émerveillée par le résultat de leur vécu.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close